Pocus

pocus10.jpg
Résumé
Prénom Pocus
Race Démon
Age 669
Sexe Masculin
Tué par Cabba
Statut Mort
Activité Actif
Joué par Rellum
Date création 28-01-2018
Dernier RP premiers tournois
Dernière localisation Poste des Frontières
Dernière planète L'Autre Monde
Infos Professionnelles
Alignement Neutre
Tournois Nozomu Budokai : Première Edition

Histoire

Il y a plusieurs siècles, servant les autorités supérieures du royaume démoniaque, une escouade de chevalier du mal fut mise en service. Elle fut composée de démons humanoïdes en armure d’obsidienne sachant aussi bien répandre le mal que manier l’arme blanche. Ce groupe d’exception se nomme Génocidia. D’ordinaire cette dernière, obéissant aux makaio les plus imposants et les makaioshin, n’opère qu’à l’intérieur du royaume du dessous pour imposer les réclamations de leurs maîtres. Qu’elles soient injustes ou cruelles ne pose pas un problème. Néanmoins, la troupe d’élite eut un jour une mission atypique ; aller chercher des reliques anciennes dans le monde des mortels. Bien qu’i y ait de la réticence vis-à-vis de la typicité de l’ordre, une mise à mort d’un des membres leur a permis de l’accepter avec amertume.


C’est ainsi que Génocidia envoya une escouade de dix soldats expérimentés avec en prime un nouveau membre prometteur, Pocus ; un bretteur d’exception et magicien ardent, Un savant mélange de lave et de mal. Ce dernier a grandi et survécu qu’en se pliant aux forts, et au fur et à mesure des tâches ingrates il a acquis en notoriété et en puissance, suffisamment pour intégrer il y a une petite semaine Génocidia. Comme ses camarades cela l’emmerde énormément de faire une bête mission de récolte d’antiquité, il espère seulement qu’il y ait des gardiens qui se mettront sur sa route pour qu’il puisse au moins s’amuser.

La troupe usa d’un cercle de téléportation pour atterrir directement sur une planète qui n’existe plus sur aucunes cartes stellaires depuis des millénaires. Ce n’est pas si étonnant que cela, il n’y a aucune forme de vies primitives, la végétation se résume à des ronces jaunes pâles qui décorent les multiples falaises de roches grises ainsi que des buissons d’écorces qui donnent un peu de relief aux déserts de poussières, pour finir l’eau est aussi rare que l’air respirable. Autant dire que pour les mortels ces lieux sont invivables, heureusement c’est de l’ordre de l’ordinaire pour un démon. L’univers ayant oublié son nom elle fut ironiquement renommée par les membres présents Anonyma. Blague à part, ils débutèrent leur recherches.

Ce n’est qu’une heure plus tard que Pocus aperçu finalement la présence d’une bâtisse dont l’entrée émerge à peine des dunes. Cela doit être ce qu’ils cherchent. Conformément à ce qui était prévu, le démon tira une gerbe de flamme illuminant les cieux maussades. Ses compagnons ne mirent qu’une minute pour le rejoindre avant que, tous, ne s’engouffrent dans l’ouverture béante qui mène dans les profondeurs de la planète. L’intérieur est très vaste bien que tout semble grossièrement taillé à la pioche. Etrangement l’unique salle est vide, cependant l’atmosphère qui y règne est particulièrement dérangeante, comme si une présence qui dépasse la logique oppresse l’escouade. Quelque chose de mystique et de terrifiant. Pocus commença à paniquer le premier.

"Ça craint, tirons nous d’ici !"

Le démon se dirigea à grand pas vers la sortie qui devait se trouver derrière lui, mais la seule chose qu’il vit n’est qu’un mur de pierre. Pris de terreur, il se mit à assener des coups d’épée sur son obstacle et à lui déverser sa frustration sous forme de sortilèges incandescents. En vain. Non pire, la peur contamina toute l’expédition qui chercha une issue de secours. L’intelligence ou la force furent futile ! Dans une énième tentative désespérée, un bloc massif de roche surgit du sol d’où est inscrit en grosses lettres le texte suivant :

Si gourmand de pouvoir
Mais si peu méritoire
Une punition est mise
Ironie : gourmandise

Quelques secondes plus tard, la stèle tomba en poussière. Qu’est-ce que cela pouvait signifier ? C’est à croire que la planète elle-même s’est vexée de son nom quolibet. Bien que l’évènement fût des moins surprenants, les prisonniers continuèrent leurs recherches non sans un frisson de désespoir.

A peine une heure passée que Pocus, comme tous ses congénères, sentit son gosier grogner avec férocité alors qu’il n’ait pas faim. Bien qu’il essaie de faire abstraction de cette sensation contradictoire, il ne peut arrêter de penser de se sustenter. Il lui faut de la nourriture, pas quelque chose d’aussi vulgaire qu’une bête pâtisserie, il faut mieux … quelque chose qui donne des forces et donc qui rend fort. Oui, c’est ça, il se sentira mieux après. Mais où chercher de tels mets ? Tandis qu’il tourne son regard affamé vers ses collègues, Pocus remarqua qu’ils l’imitèrent. Une délicieuse tension imbiba la pièce, les savoureux guerriers stoppent leur travail et commencent à mettre de la distance entre eux. Ce n’est pas pour se mettre à l’abri mais pour trouver qui est le plus exquis. Attendre aussi longtemps est un calvaire, c’est insupportable ! Une mêlée générale eut lieu, faisant voler épée et hémoglobine.

La bataille royale fut totale et contre toute attente c’est Pocus le dernier survivant. Il eut de la chance d’être le plus faible du groupe donc d’être le moins ciblé, il a donc profité de cet avantage dégradant pour attaquer en traître ses anciens compagnons désormais décédés. Le démon commença à saliver et retira son heaume révélant sa peau sombre ainsi qu’une petite paire de cornes. Toujours armée et fatigué, il s’agenouilla face au cadavre sanguinolent du chef d’expédition et découpa un morceau de chair juteux. Malgré cette vision peu ragoutante présente dans sa main gantée, Pocus dévora sa part de butin à grande bouchée. Aussitôt, que ne fut sa surprise ! C’est bon ! Il s’empressa dès lors à croquer, mâcher, arracher, mastiquer le banquet qui s’offre à lui.

Au fur et à mesure que Pocus change de corps à dévorer ou d’os à ronger, il se sentit changer. Son corps se voute, ses canines se développent, sa mâchoire s’agrandit. A chaque coup de crocs son aspect devient de plus en plus monstrueux. A chaque gorgée de nectar sanguin ses pensées deviennent de plus en plus floues et sa peau se teint carmin. Sa gueule est une fournaise gobant muscles et tendons. Et surtout à chaque repas terminée, son aura gagne en pouvoir. Il est désormais méconnaissable … méconnaissablement puissant.

Se réveillant d’une sieste après avoir assouvit son féroce appétit, Pocus se dirigea telle une bête vers le centre de la salle. Puis, conscient de son nouveau potentiel, usa de toutes ses forces pour sauter à travers le plafond de pièce pour se retrouver directe à l’extérieur, de retour sur les dunes de poussières d’Anonyma. Après quoi, il galopa vers le cercle de téléportation pour retourner au royaume d’en dessous. Arrivé là-bas, les autres membres de Génocidia questionnèrent Pocus afin de savoir ce qu’il s’est passé. La seule réponse fut une question.

"Y a manger ? Faim !"

Aussitôt le monstre sauta à la gorge d’un confrère mais vu vite maitrisé par le nombre. Suite à cet incident, Pocus fut mis en quarantaine. Durant cette période où il réclama à gorge déployé de la nourriture quand il ne grognait pas, beaucoup tentèrent de le faire revenir à la normal aussi bien physiquement que mentalement. Rien à faire, la bête est devenu intraitable. Ne sachant que faire de ce misérable, Génocidia décida simplement de le plonger en sommeil, à l’écart des curieux afin de cacher l’échec de leur mission.


Et à l’instar de la planète qui a maudit Pocus, ce dernier tomba dans l’oubli de tous. Ce n’est que suite à une guerre civil chez les démons que le monstre fut par accident libéré de ses chaines, affamé ! Il débuta une orgie personnel parmi les troupes, peu importe quels sont leur motivation et qui ils sont. Heureusement, un Makaioshin intervint en téléportant la bête chez les mortels où il pourra enquiquiner et dévorer autant qu’il le souhaite.


Hélas pour Pocus, il se heurta à une âme trop puissante pour lui qui l'envoya directement en enfer. Cela fait maintenant trois ans qu'il casse les oreilles d'Enma dans l'autre-monde, suffisamment pour qu'il décide de le laisser vadrouiller à nouveau dans la nature.

Caractère

Pocus n’est plus le soldat débrouillard qu’il était autrefois, il est désormais une bête dont la première préoccupation est de rassasier sa faim. Et autant dire qu’il est friand de chair de gens qui maitrise le ki, la magie ou ayant tout simplement du potentiel. En état de famine le démon n'a aucune morale et n'est raisonnable que par la force brute ou la magie très puissante. Mais en dehors de ses phases d’appétits, Pocus est quelque de benêt, simple qui agit comme un grand enfant et peut s’entendre avec n’importe qui sur n’importe quel sujet bien qu'il s'exprime très maladroitement.

Physique

ocus est un démon à la peau d’un gris-rouge sombre. Sa tête est allongée, pourvue de deux grandes cornes en demi-lune plus une petite sur son museau et d’une mâchoire bardé de crocs aiguisées, cette dernière peut exercer une pression de plus d'une tonne. Ses yeux et sa gueule sont des puits de braises ardentes. Son corps voûté est soutenu par deux puissants bras gantées et de deux sabots massifs. Pocus possède une longue queue qui fait contrepoids et en prime une paire d’ailes rachitiques dégarnies incurvées qui peuvent faire offices de griffes. Malgré son état actuel il conserve encore son épée brisé qui fait office de hachoir mais aussi de canne dût à sa morphologie.

Techniques Illimitées

Techniques X3

Techniques X1

Commentaires