Inari Ōkami

Inari
Résumé
Prénom Ōkami
Surnom Éon du Savoir
Race Démon
Sexe Féminin
Taille 174cm
Poids 62kg
Statut Vivant
Activité Actif
Joué par Lúka
Date création 09-03-2022
Dernier RP [PV] La Crise Nationale
Dernière localisation Terre
Dernière planète Terre
Infos Professionnelles
Alignement Inconnu
Maison Terre
Entourage
Connaissances Ekko
Proches TýrElSophia

Histoire

" Plus un domaine s'agrandit et plus il devient complexe de le gérer. Fort heureusement, je reste quelqu'un de plutôt prévoyant. C'est pourquoi nombre de Zenkos furent formés et testés à longueur de journée. J'ai besoin d'individus voués à me remplacer avec un minimum d'efficacité. Un Myōbu doit être capable d'apprendre mon enseignement à autrui, avec la rigueur et la sérénité par lesquelles il fut instruit. Il doit également se montrer en mesure de gérer diverses menaces et rébellions, en leur faisant face par la force de son évolution. J'ai totale confiance en mes petits gardiens renards, car leur dévotion sans faille représente la clé d'une organisation sans tare. Comment je peux en être sûre ?... Parce que je peux le savoir, bien sûr. "

Au fil du temps, le Sanctuaire d'Inari s'est agrandi. Depuis le sommet de ce mont, ses racines l’ont enseveli... creusant le Sando à même la roche, en harmonie avec la verdure de ce lieu béni. Pénétrez vous aussi le Torii et suivez la voie, entre les nombreux temples vous faisant grâce de leur toit. Néanmoins ne s'agit-il désormais que d'un mont parmi ses voisins, déjà vos yeux peuvent les entrevoir jusqu'au lointain. Le sanctuaire de notre grande Ōkami se veut multiple, à présent fort de ses milliers de disciples !

" Non, non. Ca ne va pas. Je remercie le respect que tu me voues et la passion qui t'anime... hélas, tu ne la doses pas assez aux yeux des non-initiés. Tu dois mettre davantage l'accent sur l'aspect communautaire. C’est parler de notre alternative à une société matérialiste, que tu dois faire. La vénération d'une quelconque entité, aussi légitime que tu puisses la penser, tout comme le dévouement à la Voie de la Transcendance... n'ont rien à faire sur cette affiche. J'ai conscience que ces aspects t'apparaissent en toute évidence, néanmoins il faut pouvoir se mettre à la place des septiques. Désires-tu que ce lieu de paix soit comparé au repaire d'une vulgaire secte ? Que mon savoir soit vanté est une chose... qu'il paraisse imposé en est une autre. "

Rarement je fus sermonnée aussi durement. Je le mérite. Moi qui faillis ternir l'intégrité du sanctuaire par ma bêtise. Par les Éons, une secte... Si ma maîtresse ne m'en avait pas empêchée, je me serais donnée la mort d'avoir ainsi risqué de la déshonorer. Dans sa grande miséricorde, elle m'offrit une seconde chan-... Pardon ?... Les Éons... Aurais-je divagué au point d'oublier de vous en parler ? Pardonnez mon incompétence. Au début ai-je jugé bon de ne pas vous brusquer. Tout comme pour cette raison Dame Inari tarda à me mettre dans la confidence. Elle désirait que la légitimité de ses enseignements, aux yeux des nouveaux membres, ne soit pas orientée par la révélation de sa nature transcendante. Mais à présent, il convient pour vous de réaliser à quel point la Dame Renard nous honore de son regard.

" Mh ? Tu veux en apprendre plus sur moi ? Sur qui je suis ? Ce que je suis ?... Je suppose que je te dois bien ça, après tant d'années de loyaux services. Haa... Très bien. Replongeons-nous dans la théorie, afin de mieux m'introduire. Tu n'es pas sans savoir qu’à travers plusieurs Plans Existentiels, le monde se subdivise. Comme tu t'en doutes, ces plans ne sont pas égaux entre eux, ils forment une hiérarchie. Nous nous exprimons actuellement au sein du Plan Physique, plan que ton corps fréquente toute sa vie. "

Au sein de ce plan, notre maîtresse entra un jour en contact avec des êtres différents : son premier lien avec les mortels fut il y a fort longtemps, à une époque où seuls ceux que l'on nomme désormais Dieux existaient vraiment. Il ne semble pas illogique de croire que l'immense savoir de Dame Inari s'explique par son âge mal défini. Toutefois, il n'en n'est rien. Car la réponse se trouve au-delà de notre perception spatiale. Ainsi, par-dessus le Plan Physique se trouve le Plan Astral. À proprement parler, le premier baigne dans le deuxième. De sorte qu'une âme voyageant sur le Plan Astral, peut voir et influencer le plan qui y nage. Pour le reste : seuls les êtres disposant d'une attache avec les Plans Supérieurs, peuvent les entrevoir ou profiter d’un éveil sensitif depuis les calques inférieurs. Nous, Myōbus, le comprenons et l’expérimentons.

" À vrai dire, je résume ces plans en un schéma assez global. Sans mentir, chacun d'eux dispose de plans transitoires, au final. Il serait juste inadapté de les mentionner, voire ennuyant de les détailler. J’assume ainsi 4 grands plans bien définis. Après le Plan Physique - pour les êtres charnels - et le Plan Astral pour l'âme, vient le Plan Spirituel... où seul peut encore demeurer l'esprit. Ce bon dernier représente également celui de la créature en laquelle je me suis incarnée : un démon Yōkai, le Kitsune. De base, je n'appartiens pas à cette espèce. En fait, de base, je n'appartiens même à aucune véritable espèce. "

Plan Physique, Astral et Spirituel, baignent en composant La Créatura : le Monde Matériel, doué de sensation, d'émotion, d’imagination et d’intuition. Tout ce qui existe, d'une manière ou d'une autre, figure dans La Créatura. Rien n'y échappe. Tout simplement car rien ne peut exister au-delà. Mis à part, ce qui n'existe pas : le Monde Immatériel ou Plèroma... ce non-être considéré tel un néant primaire, duquel le Monde Matériel dérive par ses multiples plans et dimensions existentiels. Plèroma et Créatura baignent ainsi l’ultime frontière : le Plan Gnostique, où seules subsistent les Gnoses éternelles... préceptes transcendant l'existence, car en permettant la naissance.

" Les Éons représentent l'incarnation de ces préceptes, donnant directement forme à la réalité telle qu’on la connaît. Les Éons liés au Plèroma peuvent mourir en tant que Corps ou Âme, mais jamais en tant qu'Esprit ou Gnose. C'est ce qui rend ces Éons virtuellement immortels. Ils peuvent se réincarner encore et encore, de la même manière qu'une âme peut rejoindre un nouveau corps. C'est la nature du Plan Gnostique, conjuguée à sa forte et inévitable proximité au Plan Spirituel, qui permet à ses Gnoses d'établir une paire fusionnelle, avec leur esprit même étiré aux confins des plans mortels. Si une Gnose venait à disparaître, l'ensemble de La Créatura s'en trouverait affectée, en perdant la possibilité de voir le précepte lié durablement s'appliquer. En temps normal, une telle chose ne peut arriver. Rien ne peut, à proprement parler, faire disparaître une Gnose. Pas même l'Éon d'une Gnose opposée. En revanche, un Éon peut décider que son lien soit relayé. "

Voici alors la vérité révélée : Maîtresse Inari, Éon du Savoir, nous guide vers la transcendance de notre existence. Elle enrichit nos vies par ses connaissances, avec espérance... de par la toute puissance, de son omniscience.

Caractère

" Mmmh... Il subsiste quelques erreurs, dont certaines de proportion : la broche à l'arrière de ma tête me semble un poil allongée. Contrairement à mes boucles d'oreilles, qui ne le sont pas assez. Où se cachent les motifs floraux de ma tenue ? Certaines délimitations demeurent plutôt ténues. Trouves-tu ma poitrine si joufflue ? Même si la teinte s'avère similaire, oreilles et chevelure ne doivent paraître de la même texture. Mon faciès semble légèrement malicieux, mais je t'accorde avoir imité ma mine amusée du mieux que tu peux... Dans l'ensemble, est-ce dérangeant ? Au fond, pas tellement. Cela reste... un fort beau portrait. Soit rassurée de ton talent. "

Ouf... Dame Inari peut se montrer si exigeante envers les pauvres mortels que nous sommes. Cependant, elle pointe nos erreurs afin que nous en ressortions grandis. La prochaine fois, je la rendrai plus fière de moi. Peut-être même qu'elle ne jugera pas utile de me tapoter la tête par l'un de ses livres. C'est un peu... humiliant, je dois dire. Pour autant, il me faut maîtriser mon impulsivité. Sinon je vais m'écarter des Hauts Plans. Ma formation se veut continue. Si je laisse cette satanée fierté s'exprimer plus que de nécessité, alors cela reviendra à m'incliner devant ces tests d’adversité.

" J'ai conscience que je peux me montrer stricte avec mes élèves. Toutefois, je ne le suis qu'à la hauteur de leurs ambitions. Hélas, l'âge influence aussi la capacité à rester un minimum ouvert d'esprit et discipliné. Il m'apparaît en exemple plus aisé de faire entendre raison à l'enfant d'un de nos initiés, plutôt qu'à son parent. Cela, alors même que tous deux fassent partie de notre bâtiment. Haa... c'est ainsi. Certains chemins se veulent plus longs et moins facilement praticables. Parfois même cela semble sans espoir... "

Quelque chose de terrible s'est produit, cette après-midi. L'un d'entre nous, je ne l'explique par quelle logique, s'est permis d'insulter notre belle Ōkami. Cet homme, visiblement aveuglé par ses émotions, a même osé la menacer sur sa lancée... J'en suis restée bouche bée, main recouvrant en partie ma mine choquée. Toutefois, même face à un tel affront, ma maîtresse est parvenue à garder son calme légendaire... nous démontrant ainsi à quel point la maîtrise de nos émotions pouvait se montrer salutaire. Elle parvint à gérer le conflit, sans risque d'escalade. Seul son doux sourire sembla néanmoins s'affaisser, tandis que ses quelques paroles parurent enfin l’apaiser : le coeur de notre triste camarade. Mais... mais... le soir même... il se laissa tomber du haut du sanctuaire, jusqu'aux plaines du Mont Paozu... Le pauvre. Je suis sûre qu'il n'a point pu se pardonner, de l'affront qu'il commit plus tôt dans la journée. Je le comprends. Moi non plus je ne pourrais plus vivre, après avoir déshonoré celle qui me fit don d'une nouvelle vie... celle qui, au terme de mon examen, m'offrit cette chance de pouvoir séjourner davantage à ses côtés.

" Je suis particulièrement heureuse d'un tel dénouement. Toi qui fut encore en larmes dans mes bras, quelques années auparavant... te voici désormais pleinement soulagée, revigorée par ta voie éclairée. Souviens-toi de tout ce chemin accompli, il paye enfin ses fruits. Aujourd'hui j'ai l'honneur de te sacrer Myōbu, fidèle parmi nous. Tu seras autorisée à m'accompagner dans mes déplacements et tu bénéficieras d'une attention propre à ta fonction. Dans ce but et afin qu'il soit aisé pour tous de reconnaître ton statut, je te prie de porter ce masque de renard : symbole du lien privilégié t’unissant enfin à moi, comme à ceux le portant déjà. Toutes mes félicitations. "

Ce jour, je crus rêver. Moi, simple Terrienne, devenue membre de sa garde rapprochée ? Je ferai tout pour le mériter. Tout... Oh, non pas que je ne m'y attelais pas déjà. Seulement, il me reste encore tant de chemin à parcourir. Il me faut poursuivre ma connexion avec les Plans Supérieurs. Maintenant que je côtoie plus régulièrement, plus intimement, Son Illustre Grandeur... je peux enfin apprendre à mieux la connaître, au-delà des apparences qu'elle se doit de préserver. Si de loin elle peut sembler assez formelle, dame Inari se montre ainsi bien plus libérée et joviale en privé. En exemple, lorsqu'elle finit la lecture d'un bon livre, elle ne peut s'empêcher de nous le conseiller, d’une touchante impatience.

" Hmhmhm ! ~ Les bons auteurs se font si rares, de nos jours. Découvrir l'un d'eux constitue systématiquement une bouffée d'air frais, que je me dois de partager avec mes plus proches amis. Ah, et avec mes Myōbus, aussi. Après tout, ils font également partie de ma sphère personnelle. C'est juste que je les connais depuis bien, bien, bien moins longtemps que Týr ou El. À ce propos, sachez que plusieurs de mes propres livres n'attendent qu'un lecteur avisé, en mesure de les dénicher. ~ Il demeure tant de belles histoires à lire ou à conter, d'informations confidentielles à révéler. Actuellement, j'entame l'écriture d'une histoire impliquant un petit loup au potentiel latent intriguant. Je suis sûre que vous pouvez déjà deviner son nom... Le style d'écriture peut paraître simpliste, néanmoins il s'agit d'une aventure à destination du grand public. J'espère que vous serez donc de la partie, mh-hm ? ~ "

Il est surprenant de constater à quel point la grande Ōkami se montre riche d'une culture que pas un ne peut défier. Il m’arrive de me demander si réellement elle se cultive... ou si c'est la culture elle-même, qui navigue jusqu'à sa cervelle. Il subsiste cependant une autre passion, occupant une grande partie de son divertissement. En réalité, peut-être est-ce la raison première de ses déplacements. Dame Inari a pour faible... pour terrible attirance...

" Mmmmh ! De nouvelles saveurs ! Comment appelez-vous cela, déjà ? Ah oui, de la Tajine d'agneau aux abricots et amandes, c'est ça. Je constate que les arômes n'ont pas été délaissés. Les abricots sont parfaitement imbibés et parfument le jus avec efficacité. La viande se veut bien rosée à coeur et les carottes ont ce léger moelleux qui sied parfaitement à leur aspect glacé... Hmhmhm, un délice. Vous avez parfumé la semoule avec de la coriande moulue ponctuée d'une pincée de sel, n'est-ce pas ? ~ Il faut absolument que je conseille votre plat à ce très cher amateur gastronomique, avec qui j'eus le plaisir de m'entretenir fut quelques temps. J'espère que ce bon Whis pourra se libérer très prochainement... Oh ! Lui et son mignon chaton, bien évidemment. ~ "

... Tout de même... Qu'importe que nous, fidèles Myōbus, en profitions également... il serait peut-être souhaitable que, malgré sa grande générosité, notre maîtresse ne perde à l'esprit que nos fonds n'ont rien d'illimité...

Physique

Ce monde... est rongé par la souffrance, le vice et l'amertume. L'espoir ne représente qu'une fragile bulle au beau milieu d'un océan déchaîné : elle reflète un monde imaginaire avec candeur depuis les profondeurs de nôtre âme, avant d'éclater à la surface de la dure réalité sans laisser la moindre trace de son passage. Ici ma vie s'achève, libérant cette dernière poche de gaz avant la noyade. Que les dieux puissent avoir pitié de ma lâcheté, alors qu'aujourd'hui je m'abandonne au néant. Ces mots constituèrent les seules pensées qui m'animèrent, lorsque je perdis mon fils avant de perdre mon travail puis mon mari...

" Les mortels possèdent cette fâcheuse manie de confier le sens de leur existence en ce qui n'est pas éternel de leur vivant. Dès lors, l'anéantissement de ces attaches provoque en eux un vide leur paraissant parfois incomblable. Et encore plus à mesure que l'attache s'est vue renforcée au fil du temps... Il paraît logique pour le temporaire d'aimer le temporaire, toutefois il se peut que les durées ne soient pas synchronisées. Forcément, un immortel dispose d'une plus grande facilité à réaliser comme à accepter cette réalité. Je propose simplement... une alternative, un lieu de recueil pour les meurtris, une vie libérée d'un passé la saignant. "

Au début, je n'y croyais pas. Je maudissais ma voisine d'avoir découvert mon corps ballant, naviguant à la manière d'un pendule au sein de l'air ambiant... elle qui tenta d'inclure en ma psyché des certitudes que je savais bien fantasques. Ou du moins se confrontant à ma certitude qu'elles l'étaient... Ma voisine disait faire partie d'un sanctuaire naissant, au sein duquel il lui fut possible de retrouver une sérénité oubliée. Elle savait de quoi elle parlait. Après tout, je ne pouvais nier qu'elle aussi avait enduré quelques drames d'aucuns ne souhaiteraient. Alors, dans un moment de faiblesse, enfin j'acceptai une aide bienveillante que l'on me tendit... et je me rendis au Sanctuaire d'Inari.

" Oooh... je vois que nous accueillons une nouvelle tête, en ce jour pluvieux. Il va sans dire que je récompenserai comme il se doit son parrain ou sa marraine, par respect de cette bonne action. Voyons ça... tu as perdu deux êtres chers et tout ce qui faisait ta fierté. Quelle terrible tragédie dont je constate ton beau visage souillé. Mais ne le garde pas ainsi effondré... Allez, relevons cette moue avant qu'elle ne se déverse trop, car nous pouvons encore mettre fin aux souffrances qui t'animent. Là... garde cette douceur en mémoire et laisse-la te promettre une espérance éternelle. "

Je sais que ça peut sembler surréaliste. À moi-même son ton si salvateur me parut irréel, trop beau que pour s'avérer plausible. Et pourtant, lorsque je sentis la peau si douce de ses mains effleurer ma mâchoire en larmes... cela me procura un tel soulagement... comme si enfin la gravité cessait de vouloir m'écraser à terre. Mon regard trouble n'empêcha en rien ma surprise et ma contemplation, à l'instant où celui-ci se maria à la Dame Renard et à sa vision. Elle dont la soyeuse fourrure rosâtre de ses longues oreilles tombantes, se confondait avec la même teinte chaude de sa grande chevelure élégante. Et je sentis son sourire compatissant pourfendre mes doutes, alors que ses améthystes transcendèrent mon âme pour y chasser ses idées noires... Je lui demandai alors, subjuguée...

" Si je suis une déesse ?... Honnêtement, ce terme ne cesse de se voir employé à tort et à travers, si bien qu'il en perd trop souvent sa signification première. Tout dépend donc des conditions auxquelles tu juges nécessaire de pouvoir correspondre, dans l’optique d'en mériter ce titre. Tu ne crois pas ?... Si tu pouvais malgré tout éviter de me surnommer ainsi, je t'en serais reconnaissante. "

La grâce de sa gestuelle m'ensorcellait, alors même qu'elle ne fit que rendre tendrement ce crâne à mes épaules... Dame Inari se tient bravement droite face à la misère du monde, laissant les infortunés venir se blottir dans ses bras si besoin s'en faut. Je veux lui ressembler. Je veux être digne de l'attention et de l'espoir qu'elle déploie chaque jour pour moi. Je veux que d'autres malheureux constatent la sincérité et l'efficacité de ses paroles sucrées. Aujourd'hui, pour la remercier de ses enseignements, j'ai revendu l'une de mes bagues afin de lui offrir un présent.

" Oh, quel charmant pendentif. Conjugué avec ceux de tes frères et soeurs, cet apparat doré recevra la pertinence qu'il mérite. Mais ne va pas te ruiner pour mon seul confort et plaisir, mh ? ~ Enfin bon, tu es une adulte après tout, c'est toi qui décides. À vrai dire, l'état de la partie sud de notre sanctuaire... occupe beaucoup plus mon esprit, depuis cet éclair. "

Le soir même, j'entamai des procédures d'hypothèque envers ma précédente résidence, avec l’espoir d’aider au financement des réparations. Ce sanctuaire devient désormais ma véritable demeure. Il est normal de financer les réparations de sa propre demeure. Me délester de ce passé douloureux me rapprochera de la voie. Maîtresse Inari dit que le matérialisme nous en éloigne. Je la crois. Car depuis que je me suis écartée de la société, je me sens emplie d'une réelle félicité.

" Inspirez... Expirez... A-a-ah ~ On garde la posture, toi. Tu pensais que je ne te verrais pas tricher ? Hmhmhm, ne perdez pas de vue que je maîtrise ce que je vous enseigne, tout de même. Laisser son esprit vaquer à la vacuité, sans pour autant couper le lien avec sa sensibilité... constitue tout l'intérêt de cette formation, que je vous livre avec attention. Ni l'offrande de ce tissu floral, ni celle de ces sandales à talon, ne feront relâcher la vigilance dont vous avez la chance de profiter. "

La grande Ōkami donne constamment l'impression d'avoir des yeux derrière le dos. Elle ressent l'agitation de son environnement proche, tout comme sa quiétude... et nous apprend à en faire de même, pour que nous puissions entrer en phase avec les Plans Supérieurs. Voilà déjà plusieurs mois que je me voue corps et âme à ma formation et à mes tâches quotidiennes, en vue du maintien de notre sanctuaire grandissant. Nous comptons déjà tant d'adeptes et pourtant... nous restons aussi solidaires qu'aux premiers instants. Une seule fois, ai-je constaté l'ombre d'une égoïste discorde. Très rapidement, notre guide à tous s'est personnellement entretenue avec le responsable. Très certainement afin de régler l'affaire avec discernement. Le lendemain, nous voici à nouveau tous unis. C’est évident. Qui pourrait bien longtemps rester insensible au charisme et à pertinence sans faille des tournures de phrases employées par notre vénérée bienfaitrice ? Elle dont l'allure ne se voit que renforcée par les manches élancées de sa tenue aux semblants proches de nos kimonos cérémoniaux... Elle dont la rigueur de son corset se voit tranchée par l'élégance de son large noeud papillon... Haaaa... je dois en peindre le portrait.

Techniques Illimitées

Gestuelle étrange

Default avatar

La grâce dans les mouvements d'Inari semble grande en général, mais elle peut se révéler bien perturbante en combat, lorsqu'elle paraît imperturbable alors même qu'il est question de se défendre rapidement et efficacement. Cette délicatesse dans la parade, cette fluidité dans l'esquive... est-ce de l'anticipation, de la lecture mentale, une perception supérieure, du réflexe ? Un tout ?

L'utilisation de cette technique ne peut se faire que dans un cadre défensif. Lorsque cette technique est utilisée en combinaison d'une autre technique, elle ne coûte pas d'énergie et n'a pas d'impact dans le bras de fer. Par contre, cette autre technique consomme 2 fois plus d'énergie. En échange, la défense se réussit à coup sûr si la catégorie des techniques en bras de fer est la même (x3 contre x3, par exemple). Bien sûr, une combinaison avec une technique dont il ne reste plus qu'une seule utilisation est impossible.

Hypnose Sensorielle

mindcontrol

La Kitsune peut semer le désordre dans les perceptions d'autrui, au point que l'ennemi doive se méfier de certains sens : la vue, l'ouïe, le toucher. Les illusions d'Inari sont particulièrement trompeuses en fonction de la tendance de l'adversaire à se fier à ces 3 sens.

Les sens concernés dépendent de ceux impliqués au moment de l'activation de la technique : si l'adversaire regarde Inari, alors ça perturbera sa vue ; s'il l'écoute, ça perturbera son ouïe ; s'il y a contact physique, le toucher en pâtira. Lorsque cette technique est utilisée dans un cadre offensif, il est possible d'en doubler ou d'en tripler la demande énergétique sur la même initiative. Cela afin de superposer des illusions. Cette technique ne fait pas de dégâts, mais fragilise l'esprit de l'adversaire au fil des utilisations offensives concluantes.

Fidèles Myōbus

gang

La garde rapprochée d'Inari semble principalement constituée de Terriens. Pourtant ils semblent bien redoutables, par rapport à la plupart de leurs semblables et surtout vis à vis de leur potentiel initial. Les Myōbus disposent d'une gestuelle toute aussi exotique que celle de leur maîtresse, bien qu'elle semble un peu moins fluide. La synergie entre eux semble instinctive, tout comme la simultanéité de leur défense offerte à Inari et leurs frappes visant les points vitaux paralysants.

2 Myōbus accompagnent Inari en permanence, ils sont plus nombreux au Sanctuaire d'Inari. Cette technique ne consomme pas d'énergie. Mais si un Myōbu se fait au moins toucher 1 fois à travers cette technique, il tombe hors combat. La technique devient inutilisable s'il ne reste plus de Myōbus.

Techniques X3

Réincarnation

shukanido

En temps qu'être initialement spirituel, Inari se voit douée de la capacité à se désincarner depuis un endroit et à se réincarner vers un autre. Cela ne permet pas de soigner ses dégâts, dans l'empressement d'une confrontation. Il est possible de comparer cette technique à une téléportation, il arrive d'ailleurs que cela constitue un moyen de déplacement entre les planètes.

Comme il s'agit dans un premier temps d'une désincarnation, cette technique peut aussi servir à mourir corporellement afin de précipiter un passage de l'âme dans l'Autre Monde.

Altération des Acquis

mindcontrol

Il suffit à Inari d'un contact physique, pour impacter temporairement la mémoire de l'adversaire et modifier ainsi discrètement l'une de ses certitudes, qui ne se révélera fausse que plus tard. Mais lorsque l'on se trompe sur ce dont on est le plus sûr, comment différencier ce que l'on croit vrai de ce qui l'est réellement ?

Cette technique ne fait pas de dégâts mais fragilise fortement l'esprit de l'adversaire, au fil des utilisations offensives concluantes. Lorsque cette technique est utilisée, une fausse certitude doit être annoncée dans la narration et - à la 2ème réponse de l'adversaire suivant ce moment - le personnage tourmenté remarquera s'être fait duper sur la fausse information en question. Elle qui lui semble pourtant encore aussi authentique que ses souvenirs les plus importants.

Techniques X1

Offrande du Savoir

telepathy

Lorsque l'Ancestrale Kitsune révèle 9 de ses queues majestueuses, la structure de la réalité se fragilise notablement autour de sa silhouette. Ses pupilles luisent et l'adversaire ressent son savoir s'effacer peu à peu, voué à entièrement disparaître. Petit à petit, il oublie tout sur lui : ce qu'il aime, les membres de sa famille, son parcours de vie, ses ambitions... etc. Il reste vaguement conscient des pertes, jusqu'au moment où il en vient à oublier qui il est, voire ce qu'il est, le sens de ce qui l'entoure et finalement... les propres réactions instinctives de son corps, telle la respiration.

Cette technique ne fait pas de dégâts mais fonctionne comme une "win condition". En fonction du degré de fragilisation progressive de l'esprit de l'adversaire, sous la panique cette technique s'appliquera dans ses effets jusqu'à un certain seuil (estimé par le joueur adverse lui-même). Même au maximum de son potentiel, elle ne provoquera pas la mort. Juste la folie ou l'évanouissement. Il est possible de ralentir voire de contenir la progression de l'influence exercée, en consumant une part suffisante des ressources restantes pour accentuer la résistance mentale. Un certain temps après le combat et selon le vouloir du joueur adverse, les souvenirs perdus reviendront progressivement en rétrograde. Mais comment être sûr que ce sont les bons... ?

Dons

Kitsune ancestral

Default avatar
Comme tous les Kitsunes âgés d'au moins 900 ans et gagnant une 9ème queue, Inari est omnisciente. En ce qui la concerne, toute information ayant existé, à un moment ou un autre, en une dimension ou une autre, même à travers une pensée, est susceptible de se voir évoquée par cet être de savoir bien malicieux. Mais posséder un tel don n'est pas gage d'honnêteté ni de servitude. Inari peut vous bénir de ses connaissances, tout comme faire de vous un dindon de la farce. Au final, tout dépend de son humeur, mais aussi de ses envies et des risques encourus.

" Après tout, d'honteux petits cachotiers pourraient piquer une véritable crise, si des informations trop sensibles venaient à fuiter et que le responsable finissait identifié. Rendre une histoire aussi intéressante qu'amusante, c'est tout un art, hmhmhm. ~ "

Esprit transcendant

Default avatar
Dû à sa nature profonde, Inari ne peut pas mourir. Pas au sens stricte du terme, en tout cas... puisque le corps de cet être singulier peut y passer et que son âme se verra envoyée chez Enma. Inari en profite systématiquement pour prendre de ses nouvelles, entre autres.

" Il est si souvent débordé qu'il me fait un peu de peine... Lorsque ceux qui travaillent sont toujours les mêmes, la moindre des choses est de se soucier un peu de leurs affaires. Si j'en fais l'effort pour les membres de mon sanctuaire, pourquoi pas envers lui ? Juger les âmes avec objectivité n'est pas chose aisée, peut-être que je pourrais lui offrir l'assistance de mon omniscience ? Hmhmhm, je plaisante. ~ À chacun son rôle. Mais qui sait ? Tout peut se négocier... "

Commentaires